Philosophie ancestrale hawaïenne, Ho’oponopono nous permet de comprendre que tout ce qui nous affecte dans notre vie provient de mémoires et programmes inconscients qui nous emprisonnent. C’est avant tout, un outil d’évolution personnelle, qui nous rappelle que la vérité est en nous, et nous permet ainsi de nous replacer en créateur de notre vie.

Histoire de Ho’oponopono

Ho’oponopono a été transmis oralement de génération en génération. Il était à l’origine un rituel de pardon et de réconciliation pour aider à rétablir la paix en soi mais également pacifier les relations au sein d’une famille ou d’une communauté. Il apportait ainsi l’apaisement et la réconciliation et rétablissait l’équilibre par la médiation et le pardon mutuel.
Lorsque des problèmes relationnels graves ou des enjeux importants survenaient au
sein d’une famille ou d’une communauté, les personnes concernées se réunissaient, sous la
conduite d’un chaman, un prêtre guérisseur.
.
Le but de la cérémonie était de :
• se réconcilier,
• aplanir les différends,
• corriger les erreurs de pensées,
• harmoniser les relations et repartir à zéro.

 Le problème était  exposé, formulé par chacune des personnes présentes puis des temps de silence permettaient de réfléchir à sa propre responsabilité. Ensuite, le moment fort arrivait et c’était le temps des prières où chacun demandait à la Divinité en soi de couper les liens qui le rattachait à la question présente. Puis venait le temps du pardon, du repentir, libérant les protagonistes du problème.

En 1976, Ho’oponopono s’est transformé, modernisé sous l’impulsion de Morrnah Simeona, une chamane hawaïenne. Elle a su l’adapter au monde occidental. Il est alors devenu plus individualisé, permettant à chacun de pratiquer seul,  sans la participation du groupe, et sans être guidé, ou suivre un quelconque rituel.

Ce terme hawaïen est composé de deux mots. Le premier « Ho’o » signifie : commencer une action,
Le second, « Pono » veut dire : bonté, droiture, honnêteté, intégrité, pureté, moralité,
bienveillance, correct, perfection.
La notion de Pono est en fait une des bases de la culture et de la philosophie hawaïenne
car « vivre Pono », c’est vivre : « aligné », « centré », « dans l’équilibre », « dans le pardon » et
« dans un état de pureté de cœur » le plus parfait possible.
Le concept de Pono apparaît même comme essentiel et central dans la culture hawaïenne.
Ho’oponopono veut dire, remettre en ordre, corriger, harmoniser, nettoyer, agir correctement
dans le sens du pardon.
C’est pour cela que la pratique d’Ho’oponopono est de permettre à chacun de devenir
« Pono ».

Morrnah Simeona a énoncé quelques principes de base sur lesquels s’est appuyé son
enseignement.
Ces principes sont :

• la réalité physique est une création de nos pensées
• une pensée de ressentiment et de colère va créer une réalité de ressentiment et de colère.
• une pensée juste et bienveillante créera une réalité juste et bienveillante.
• nous sommes responsable à 100% de notre réalité.
• tout est à l’intérieur, rien n’est à l’extérieur
• la paix commence à l’intérieur de soi.

Pas plus que les traditionnalistes hawaïens, Morrnah n’utilisait de mantra, car elle était contre.
Au fil du temps, la méthode a été encore simplifiée, notamment par Joe Vitale, en réduisant la pratique à ces quelques mots que l’on connait aujourd’hui : « désolé, pardon, merci, je t’aime » qui sont devenus comme une sorte de mantra, assez éloignés de la pratique traditionnelle des hawaïens

Inconsciemment, nous attirons tout ce qui nous arrive dans notre vie. Les mémoires, les
croyances, les pensées nous guident à la manière d’un aimant et attirent tout dans notre vie
en fonction de leur nature. Notre pensée crée notre réalité !

Ces mémoires viendraient de notre expérience de vie, de notre vie intra-utérine, de nos ancêtres ou d’autres incarnations, et cela, depuis le début de la création.

C’est ainsi que nous pouvons dire que nous sommes créateurs de toutes nos mémoires qui
s’expriment dans notre vie et qui se manifestent en tant que problèmes, difficultés, maladies,
rencontres, mais tout aussi bien en tant qu’événements heureux.

Nous expérimentons tout cela et ce sont en fait des opportunités pour nous rappeler que nous avons encore et toujours des mémoires à nettoyer.

Prendre la responsabilité de notre vie, c’est récupérer notre propre pouvoir sur nous-mêmes

Prendre la responsabilité à 100% de tout se qui se passe dans notre environnement, c’est
reconnaître que l’origine de nos émotions ou de nos peurs ne se trouve pas à l’extérieur mais à
l’intérieur de nous-mêmes, en terme de croyances, de valeurs. De ce fait, ce qui nous entoure,
est simplement le reflet de ce que nous avons à l’intérieur, c’est à dire nos croyances, nos
mémoires, nos émotions

Ho’oponopono permet de développer une profonde relation avec notre être intérieur. Ce procédé place le mental en arrière plan et nous permet d’accéder à notre « moi profond », qui peut nous indiquer les actions justes et appropriées sous forme d’intuition et d’inspiration.

Morrnah disait « nous sommes ici pour apporter la paix dans notre propre vie et si nous apportons la paix dans notre vie, tout autour de nous retrouve sa place, son rythme et la paix »,  Retrouver la paix intérieure, c’est vraiment le but de cette méthode.

Ainsi, les principes fondamentaux, sont les suivants :

• notre pensée crée notre réalité. Tout ce qui compose notre réalité, notre vie, notre environnement n’est que le résultat ou la création de nos propres pensées.

• Si nos pensées sont erronées, fausses, remplies d’émotions négatives, elles vont créer une fausse réalité, que nous finissons par croire, ce qui enferme encore un peu plus dans des pensées erronées que nous nourrissons, et cela crée un cercle vicieux…
« si je change mes pensées, la réalité change.. »
• Si les pensées sont « parfaites », elles créent un monde d’amour.. et tant que cela n’est pas le cas,  je dois travailler à ce que mes pensées deviennent parfaites..
• Tout n’existe que dans mes pensées, à l’intérieur de moi. Mon intérieur crée ma réalité extérieure. (Tout est à l’intérieur, rien n’est à l’extérieur)
• Si je corrige et change mes pensées inadéquates, je peux changer ma réalité, en devenir créateur (créatrice) je suis responsable à 100% de tout ce qui arrive dans ma vie.

Si l’on part du principe que la réalité est façonnée par les pensées, que les problèmes rencontrés dans la réalité sont le résultat de pensées erronées ou de préjugés, provenant de mémoires anciennes, souvent inconscientes, il devient évident qu’en effaçant ces mémoires, les pensées erronées et les jugements en relations avec elles, vont être immédiatement éliminés, ce qui va changer la réalité vécue par la personne.

Le premier pas consiste à prendre la décision de nettoyer ses mémoires intérieures.  Au début de la pratique, il peut suffire simplement de répéter, tel un mantra, ces quatre mots.

  • Désolé, signifie que l’on reconnaît le conflit. « « Je suis désolé car je ne savais pas que j’avais ces mémoires en moi, je prends l’entière responsabilité de cela et je décide maintenant de les nettoyer »
  • Pardon, donne la possibilité de se pardonner à soi même et à l’univers d’avoir créé cette situation. « je te demande pardon pour ce que j’ai en moi qui a créé cela »
  • .Merci, à votre âme, à Dieu, à l’Univers d’avoir réveillé cette mémoire qui était en vous afin de la nettoyer. « je te remercie d’avoir fait cela pour moi »
  • Je t’aime, c’est le nettoyage de la mémoire limitante en envoyant une énergie d’Amour à vous et à l’univers. On pourrait dire aussi « je m’aime ».

On peut aussi réciter la prière qu’employait Morrnah Simeona : « Divin créateur, père, mère, fils, tous en un… si moi, ma famille, mes proches et ancêtres vous avons offensés, vous, votre famille, vos proches et vos ancêtres, par des mots ou des actions depuis le début des temps jusqu’à nos jours, nous vous demandons pardon… Nettoyons, purifions, relâchons, supprimons toutes ces mémoires, blocages, énergies et vibrations négatives et transmutons ces énergies non désirées en pure lumière… »