Mindfulness..une méthode développée par Jon Kabat-Zinn

La méditation de pleine conscience que l’on appelle aussi « mindfulness » a été développée par Jon Kabat-Zinn, un professeur de médecine de l’université de Massachussetts.
Cette méthode préconise de se concentrer sur sa respiration, sur  les sensations qui apparaissent, les pensées qui vous traversent, les émotions éventuelles qui se manifestent sans émettre de jugement de valeur, juste être observateur de ce qui se passe..

De manière générale, la méditation améliore l’humeur et le bien-être psychologique, mais pas seulement comme le démontre les études suivantes :

De nombreuses études effectuées par des chercheurs de différents pays, tendent à démontrer les bienfaits de la médiation de pleine conscience qui tend à réduire le stress et l’anxiété que ce soit chez les personnes en bonne santé, ou celles atteintes de dépression ou de maladies corporelles graves.

stress, anxiété, dépression…

Une étude a été menée par des chercheurs belges, sur une population âgée de 13 à 20 ans, qui a  suivi un programme de méditation de pleine conscience. Il   a été démontré qu’il existait moins de signes de dépression, d’anxiété ou de stress, et jusqu’à 6 mois plus tard,  dans ce panel que chez les autres jeunes n’ayant pas suivi ce programme,
Une étude indienne quant à elle, a montré que la méditation réduit les effets du stress et favorise la relaxation chez des adultes qui n’en ont jamais pratiqué.

Il serait également  intéressant de coupler des séances de méditation et de sport 2 fois par semaine pendant deux mois, telle que le préconise une étude américaine parue dans la revue « translational Psychiatry » afin de réduire les symptômes associés à la dépression et ce de 40%.

Apprentissage, mémoire et concentration

Outre le fait, de réduire le stress et l’anxiété la méditation favoriserait également  la mémoire, et limiterait les effets de l’âge sur le cerveau, ainsi que l’ont démontré des chercheurs de l’université d’Harvard. En effet, la méditation accroit la quantité de matière grise liée à la concentration dans les zones du cerveau, impliquées dans l’apprentissage, la mémoire et le contrôle des émotions, ce qu’ils ont pu observer grâce à des IRM. Autres phénomènes observés une meilleure concentration sur des tâches répétitives, la réduction de l’hyperactivité et de l’ impulsivité.
.
Quand l’esprit répare le corps

Les chercheurs tentent aujourd’hui d’établir clairement un lien entre les bienfaits de la  médiation et la réduction du stress,  non seulement au moyen de questionnaires, mais aussi en utilisant des indicateurs physiologiques mesurables. D’après une équipe dirigée par la psychologue canadienne Linda Carlson, cette pratique a un effet biologique puissant, notamment chez les patientes atteintes de cancer. Une façon de « cicatriser » en quelque sorte, pour repartir de l’avant.

Chez ces patientes, on constate en effet, dans la plupart des cas, un raccourcissement de l’extrémité des chromosomes appelées télomères. Les télomères sont constitués de séquences d’ADN répétées et de protéines ; ils sont souvent rongés chez les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires, de diabète ou d’infections. Par ailleurs, des examens attentifs ont révélé que des télomères raccourcis sont associés à une plus forte mortalité chez des patientes victimes de cancer du sein. Et comme la longueur des télomères est influencée par le niveau de stress vécu, elle est considérée comme un « psychobiomarqueur ».

Si vous deviez retenir deux choses essentielles :
.
• La méditation est une pratique relaxante qui peut aider à gérer le stress et l’anxiété.
• Elle favorise l’attention et la mémoire.

Tous les moments sont bons pour méditer, mais commencer la journée par quelques minutes de pratique nous permet d’éveiller et de cultiver nos capacités de concentration et de stabilité émotionnelle.
Comme tous les apprentissages, plus on pratique, plus on progresse. Observer sa propre respiration. Accepter les choses comme elles viennent, comme elles sont. Lorsque les pensées dérivent, revenir à la respiration, à l’ici et maintenant. Cela a l’air très simple, mais il est normal que certains jours, nous ayons du mal à faire les exercices, l’impression de ne pas avancer.
Parfois il arrive qu’à certains moments de notre vie, nous en ressentions moins le besoin, et nous laissons  tomber la pratique, avant d’y revenir… Chacun est déjà passé par là !

Méditation de pleine conscience

elle nous aide à prendre conscience de ces pollutions cachées de nos esprits, et à nous en protéger ; elle nous permet de restaurer nos capacités d’instropection et de reconnection à nous mêmes.

La pleine conscience consiste à intensifier sa présence à l’instant, à s’immobiliser  pour s’en imprégner au lieu de s’en échapper ou de vouloir le modifier par l’acte ou la pensée. Ce n’est pas faire le vide, ni produire de la pensée. C’est s’arrêter pour prendre contact avec l’expérience, toujours en mouvement que nous sommes en train de vivre , et pour observer alors la nature de notre rapport à cette expérience, la nature de notre présence à cet instant.

Comment procéder

La pleine conscience est une méthode de médiation simple et accessible à tous. Seule sa pratique régulière requiert quelques efforts. Pour commencer, s’arrêter, s’asseoir, fermer les yeux, puis observer et accueillir ce qui arrive dans notre corps et notre esprit
Au début, mieux vaut s’entrainer dans un endroit calme, en retrait…avec un peu d’expérience, il est possible par la suite de méditer n’importe ou (ou presque).

Et puis c’est également plus simple d’être guidé pour cela dans un premier temps. il existe de bons supports audio pour cela. (sur you tube méditation de pleine conscience/Chrisophe André)

.Essayez de ressentir plutôt que de réfléchir, d’être plutôt que de faire.