Depuis plus de 50 ans, l’industrie laitière prétend que les produits laitiers sont « nos amis pour la vie »  Que le lait rend fort, fortifie nos os.

Cette industrie a tellement asséné son message marketing au fil des années que la plupart des gens sont maintenant persuadés que les produits laitiers sont bons et indispensables à la santé, et ce malgré l’accumulation de preuves contradictoires. La propagande a été tellement efficace, qu’il semble difficile de faire changer les mentalités, et de persuader les « accros » du lait qu’on leur a vendu un mythe 

Aujourd’hui, vous faites peut être partie de ces personnes qui s’interrogent  quant à leur consommation de lait, l’impact sur votre santé, sur l’environnement, un problème d’allergie ou d’intolérance, ou l’incohérence que cela représente pour vous, de boire le lait d’un autre mammifère.

Quand on sait que le chiffre d’affaires de l’industrie du médicament est supplanté par celui de l’industrie laitière, soit 30 milliards d’euros, on prend conscience du poids qu’elle représente.

D’ailleurs, l’industrie laitière, a réussi en un siècle, à faire d’un aliment apparu il y a 10.000 ans, indigeste pour près de 70% des personnes, une denrée incontournable, recommandée par les nutritionnistes, même dans des pays qui n’en ont jamais consommé auparavant, comme l’Asie et l’Afrique.

Si vous saviez à quel point la corruption est présente dans ce domaine, vous seriez certainement estomaqués !

Comme le rapporte Thierry Souccar dans son libre « Lait, mensonges et propagande » , l’industrie laitière,  a infiltré la plupart des organismes officiels de recherche et/ou de communication, sur les rapports entre la nourriture et la santé. Les dirigeants ont également fondé leurs propres « conseils scientifiques » qui communiquent ensuite les messages des producteurs et distributeurs de lait, sous une forme très « officielle » au grand public, aux médecins, et conseillent même les organisations de santé nationales et européennes !

En 2005, sur les 29 membres du comité d’experts en nutrition humaine de l’Afssa (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments), c’est-à-dire le comité chargé de conseiller les Français sur leur alimentation, 20 avaient des liens de collaboration avec l’industrie laitière. 13 de ces experts travaillaient avec Danone. Le Président du comité lui-même siégeait au conseil scientifique de Nestlé France…

L’Institut national de la recherche agronomique (Inra), qui a formulé la fameuse recommandation « 3 à 5 produits laitiers par jour »  est en partie financé par ladite industrie laitière.

et ce ne sont que quelques exemples, d’une liste bien plus longue !!

Les lobbyistes ont beau asséner le message que  les produits laitiers sont nos amis pour la vie et seule source de calcium dont l’organisme peut bénéficier, comment expliquer alors  que les asiatiques qui a l’origine ne buvaient pas de lait de vache ont commencé à souffrir d’ostéoporose et d’autres problèmes osseux dès lors qu’ ils ont adopté le régime américain ! Comment expliquer aussi que 25 millions d’Américains développent de l’ostéoporose eux qui sont de grands consommateurs de lait ?

On peut alors se poser des questions légitimes, quant à l’impact du lait sur notre santé et notre environnement.

Le lait chez les mammifères est l’aliment du début de vie, lorsque la mère allaite tout naturellement son enfant. Nous sommes la seule espèce sur terre à boire le lait d’une autre espèce, qui plus est à l’âge adulte, de façon volontaire et en grande quantité ; Le lait est adapté au veau, à qui il est destiné, il ne correspond pas au développement humain et à nos besoins.
Par ailleurs, il est plus riche que le lait maternel humain, constitué de facteurs de croissance destiné au veau, pour lui permettre de multiplier par cinq sont poids en six mois.
Autre incohérence, Nous sommes également la seule espèce qui continue à boire du lait après la petite enfance. Normalement, le corps de la mère produit du lait qui se tarit au bout de quelques mois ou années ce qui amène une transition dans l’alimentation de tous les mammifères, qui ne consommeront plus de lait.

En résumé, nous sommes donc la seule espèce qui continue à consommer du lait pendant toute sa vie et en plus, du lait qui ne provient pas de son espèce. Voilà pourquoi, pour certains, boire du lait n’a tout simplement pas de sens.

et que dire de la condition animale..

Si vous êtes sensible à la condition animale, vous ne pouvez être qu’indignés par la façon dont le lait est produit de façon exponentielle. Les vaches sont transformées en véritable usine à lait !! une vache produit jusqu’à 10.000 litres de lait par an, un rythme contre nature.
Elles ne sont pas faites pour produire ces quantités aberrantes et souvent elles développent des infections à répétition du pis, qu’on appelle mammites, et lors de la traite, le pus et les bactéries s’écoulent avec le lait
Pour essayer de contrôler les maladies et infections, de grandes doses d’antibiotiques sont données aux vaches, ainsi que des anti-inflammatoires, des anti-parasitaires,  qui finissent eux aussi dans le lait. Les enfants sont particulièrement vulnérables aux conséquences d’une quantité d’antibiotiques trop élevée, que les chercheurs relient à une possible inhibition du développement du système immunitaire.
Bien que certains élevages « BIO » ou en « libre parcours » puissent générer moins de souffrances que leur équivalents industriels. Il ne faut pas oublier que ces animaux restent toujours considérés comme des produits de consommation avec une recherche de profit et de rentabilité, toujours au détriment de l’animal.
Et je vous passe les conditions dramatiques d’abattage, la façon dont les veaux sont arrachés à leur mère à peine nés etc…

Y’a quoi dans cette bouteille de lait ?

Le lait contient de la caséine, qui représente 80% des protéines de lait de vache.Il contient trois fois plus de caséine que le lait maternel humain, qui encrasse l’organisme de façon considérable.  Comme la caséine est une protéine étrangère, le corps crée des anticorps pour la neutraliser. Cette réaction antigène-anticorps fait sécréter de l’histamine et engendre une intense production de mucus. De nombreux chercheurs pensent que la caséine est la principale substance responsable des inflammations articulaires que l’on voit dans les arthrites rhumatoïdes. Cela expliquerait pourquoi la suppression de tout produit laitier permet la plupart du temps une guérison rapide de ces affections.

Il contribue également à élever le cholestérol sanguin et les graisses du sang.

On trouve également du lactose, qui se compose en deux sucres simples : le glucose et le galactose. Pour être assimilé, il doit être scindé en deux dans le tube digestif par une enzyme, la lactase. Celle-ci est présente chez tous les enfants jusqu’à  3-4 ans, puis diminue fortement d’activité ou disparaît à l’âge adulte, chez 70 % de la population. La flore intestinale doit alors prendre en charge ce qui n’a pas été digéré, et cela entraîne des problèmes intestinaux.

La plupart des adultes ne digèrent pas le lactose qui se retrouve comme un corps étranger dans le système digestif. Le lait devient alors « un poison ».
Ses différents composants provoquent des effets toxiques dans l’intestin et s’infiltrent dans différents endroits du corps, notamment dans les articulations, où ils génèrent des inflammations et entretiennent les rhumatismes et l’arthrose.

De plus,  la pasteurisation et la stérilisation  utilisent des températures trop élevées pouvant aller au dessus de 100 degrés Celsius, ce qui dénature le lait.

Pourquoi pas de lait de vache ?

De nombreuses études ont été menées qui constatent que le lait n’est pas sans danger pour la santé. Il favorise l’allergie, l’obésité, les problèmes cardiovasculaires, l’acné, et autres pathologies plus graves.

Même si le lait de vache est très riche en calcium, seule une petite portion est absorbée par l’intestin grêle humain. L’immense majorité du calcium est précipité sous forme de phosphate de calcium insoluble et éliminé dans les selles.

Le lait est riche en protéines, et l’une d’entre elles, la β lactoglobuline est la protéine la plus abondante du lactosérum. Elle n’existe pas dans le lait humain mais seulement dans le lait des bovins, caprins, brebis, etc. : c’est l’allergène majeur du lait. Le simple fait d’arrêter les produits laitiers améliore souvent notablement les états allergiques.
De plus en plus de médecins et diététiciens réalisent que le fait de supprimer la consommation de produits laitiers peut être la solution à de nombreux problèmes de maladies infantiles comme la constipation, le nez qui coule, la colique, les infections de l’oreille, les gaz..

Les études de l’Académie Américaine sur les Allergies, l’Asthme et l’Immunologie, vont également dans ce sens : le lait de vache est la première cause des allergies alimentaires chez les enfants. 50% des enfants présenterait des allergies au lait. Pour ces enfants, et pour les adultes qui sont allergiques aux produits laitiers, le lait favorise le développement de mucus et de problèmes persistants comme la toux chronique, les infections de la sphère ORL (appareil respiratoire, oreille), l’asthme…
La production de mucus engendrée par la consommation de lait provoque de nombreuses réactions allergiques chez les enfants, et notamment des congestions nasales. Et lorsque les passages deviennent bloqués et irrités, l’infection de l’oreille est une conséquence fréquente. Ces effets du lait sont de mieux en mieux connus maintenant, et c’est pourquoi presque tous les pédiatres recommandent aujourd’hui l’arrêt de la consommation de lait en cas d’infection des oreilles

les médecins et diététiciens s’accordent à dire que les aliments avec un taux élevé de graisses, comme le lait, fromage, beurre, contribuent à la prise de poids et à l’obésité. Depuis les années 70, d’innombrables études scientifiques ont démontré que le lait et les produits laitiers (yaourts, fromages, beurre…) sont une cause majeure des maladies cardiovasculaires, de l’obstruction des artères, et des infarctus.
Des études ont prouvé par ailleurs que ce ne sont pas seulement les graisses et le cholestérol contenus dans le lait qui sont responsables de ces maladies, mais aussi les protéines animales et les glucides du lait, ou lactose (présents aussi dans les laits écrémés)

Une étude conduite par le Dr JK Fisher sur 1 088 adolescents, sur 10 ans, a conclu que le lait était une des causes principales de l’acné chez certains de ses patients. Et lorsque ces patients diminuaient leur consommation de lait, leur acné diminuait proportionnellement. Pour le Dr Fisher, les larges quantités de graisses saturées, ainsi que les hormones produites naturellement dans le lait des vaches enceintes, aggraveraient l’acné. Le docteur James E. Fulton, Chef de l’Institut de Recherche sur l’Acné à Newport Beach en Californie pense que l’iode (qui est transmise au lait par l’utilisation d’équipements contaminés et par les médicaments données aux vaches, contenue dans le lait peut irriter les pores et déclencher des crises d’acné.

Après avoir travaillé sur 34 études publiées dans 16 pays, les chercheurs de l’Université de Yale ont conclu que les pays avec le taux le plus élevé d’ostéoporose étaient ceux dans lesquels les gens consomment le plus de viande, de lait et autres produits animaux !

Selon le Dr McDougall : « Pays par pays, les gens qui consomment le plus de calcium ont les os les plus fragiles et les taux les plus élevés d’ostéoporose
Une étude suédoise menée par les chercheurs de l’université d’Uppsala a révélé que les femmes absorbant plus de trois verres de lait par jour paraissaient plus enclines à souffrir de fractures que celles qui en boivent un par jour.

Alors que faire ?

Le calcium est indispensable pour notre organisme, pour renforcer le métabolisme de l’os et donc du cartilage. Pour autant, il n’est pas nécessaire  de se tourner vers le lait et ses dérivés.

il existe d’autres alternatives…

Ainsi, nous pouvons tourner vers les végétaux qui contiennent du calcium de bien meilleure qualité et bien mieux adaptées à notre organisme que le lait., comme par exemple :

  • les légumes (en particulier les légumes verts feuillus, le chou, brocolis, asperges, épinards, cresson…) ; 100 g de chou ou un tasse d’épinards frais = 1 verre de lait
  • les céréales (avoine, épeautre, kamut, orge…) ;
  • les oléagineux (amandes, noix, noisettes…) ;
  • les légumineuses (lentilles, haricots rouges, blancs, pois chiche…) ;
  • les fruits secs (figues, dattes, raisins, abricots…)
  • et aussi les oranges, le persil, les graines de sésame, le tofu, le lait de soja renforcé en calcium végétal…
  • Eaux minérales riches en calcium

Toutes ces sources végétales recèlent du calcium parfaitement assimilable par le corps humain,

La vitamine D favorise aussi l’absorption du calcium par le corps. Notre corps produit la vitamine D lorsque la peau est exposée à la lumière du soleil. Une exposition quotidienne d’environ 15 minutes favorise cette production.

Vous pouvez également remplacer le lait de vache et autres produits laitiers, par ce que l’on nomme « laits végétaux » et crèmes végétales, (pour remplacer la crème fraîche) à base de soja (renforcé au calcium végétal), de riz, d’amande, de noisettes, de chanvre, d’épeautre, d’avoine etc…; les fromages et yaourts au soja
Il en existe une multitude. Il vous faudra peut être un temps d’adaptation pour vous familiariser à ces goûts différents, et les intégrer dans votre quotidien, dans vos recettes.

Les multinationales de l’alimentation industrielle et de la chimie existent et prospèrent parce que nous achetons leurs produits. Nous restons créateur de notre destin et si demain nous décidons  de dire stop, de ne plus consommer certains produits, alors les choses évolueront. Je suis persuadée que nous avons encore le pouvoir de faire changer les choses.

Il  est temps de nous éveiller aux lois de l’alimentation végétale, variée et vivante, qui permet de vivre en pleine santé, plutôt que de souffrir sans cesse de constipation, d’allergies, de douleurs, de raideurs, de cancers, de diabète et de ces mille et un troubles qui montrent tout simplement que notre organisme est intoxiqué.

En transmettant l’information autour de vous, en comprenant l’enjeu de tout cela,  vous vous mettez en mouvement et  vous participez à faire bouger et changer les choses

Si vous voulez en savoir plus :

Bibliographie
« Lait mensonges et propagande » Thierry Souccar
« Vache à lait – Dix mythes de l’industrie laitière » Elise Desaulniers
 » le lait, une sacrée vacherie » Nicolas le Berre

« le rapport Campbell »  T.Colin Campbell Ph D. Révélations stupéfiantes sur les liens entre l’alimentation et la santé à long terme